Restaurant review: Mmmh! La Crêperie de bonapriso

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur cette petite merveille sur instagram. Le nom était orgininal, (“Mmmh”! La Crêperie), et la décoration des lieux m’a instantanément séduite. En parcourant le profil de la crêperie, je me demandais si on était réellement au Cameroun! Haha.

Le concept était si simple et novateur, que j’ai décidé de faire ma petite recherche sur Vanessa Tabeth, la promotrice de la Crêperie. 

La dame derrière le concept

Mme Tabeth est une maître Crêpière de profession. Alors, personnellement j’étais bluffée parce que je ne savais pas qu’il y avait une spécialisation dans la pâtisserie qui se consacrait uniquement aux crêpes. Mama, chapeau! 

Cette dame, passionnée de desserts et surtout de crêpes, décide il y a quelques mois de quitter son poste de Responsable Communication dans une grande boîte de la place pour monter sa crêperie. Gaufres, galettes, crêpes salées et sucrées: l’imagination de Mme Tabeth ne tarit pas, et sa passion pour son métier se ressent dans ses écrits sur instagram. 

Au-delà de sa profession, Mme Tabeth est une mordue de voyages et de nouvelles expériences. A travers son compte personnel, j’ai immédiatement cliqué avec la personne derrière l’entreprise. Il me paraissait logique qu’une femme aussi joyeuse et créative se lance dans une aventure pareille. 

J’ai également fait des recherches sur la décoratrice d’intérieur, qui a donné vie à ce concept: Kebehome. Le made in Cameroun est époustouflant lorsqu’on laisse libre court à son imagination. 

Première impression des lieux

Un jour, j’ai simplement décidé d’y aller faire un tour. 

Dans la rue, la crêperie se remarque facilement par sa véranda couverte d’une bache jaune et blanche. Le personnel est très accueillant, poli et respectueux. On n’a pas besoin de porter un masque pour entrer, mais on se désinfecte les mains. Assise dans un coin de la pièce, je m’émerveille derrière chaque détail dans la décoration. Les sièges confortables, les coussins, les lampes rétro, les plantes vertes, ainsi que la caisse qui avait des allures vintage. 

Le dépaysement était total, et je me suis crue aux Etats-Unis, avec une ambiance de Waffle House (mais en plus glamour quand même lol)

Le menu

Bien qu’on s’attende à manger des crêpes ou des galettes , on se retrouve facilement dans l’embarras du choix parce que le menu est riche et varié. Galette au saumon, galette aux crevettes, galette aux au fromage… Oh là là l’estomac ne savait plus où donner de la tête. LOL.  Côté boisson, on a droit aux milk shakes, aux jus naturels (ananas, raisin, pomme, bissap) et aux cocktails. 

Pour un bon repas, je vous conseille de prévoir 15.000 FCFA par personne: une galette salée, une crêpe garnie et sucrée, et une boisson appétissante. 

Pour un repas basique, vous pouvez tout à fait trouver votre compte avec 6000 FCFA francs par personne: une galette basique ou une crêpe garnie, et une boisson naturelle.

Vous pouvez trouver le menu sur le site de la crêperie: https://mmmhlacreperie.com/

Le repas

J’ai finalement commandé une galette au beurre persillé. C’était la galette la plus basique, avec pour garniture du persil et et du beurre. Je voulais d’abord tester.

Comme boisson, j’ai commandé un shake au spéculoos. Le service était rapide, et bien fait. J’ai moins apprécié le goût de la galette car elle semblait un peu trop cuite. Un peu comme quand une crêpe passe 1 minute de trop à la poêle.

Le shake au spéculoos, par contre, était un délice. Du lait, de la chantilly, des biscuits faits de cardamome, de gingembre et de noix de muscade. AAaahh. Un rafraîchissement idéal après une longue journée de travail. 

L’ambiance

L’ambiance est fun et bon enfant. La crêperie reçoit des invités de tout âge: des parents avec leurs enfants, les copines, les cousines, et les messieurs qui veulent faire plaisir à leur chérie (messieurs, prenez note)!

Ma note

Je donne la note de 4/5 à la crêperie de Bonapriso. Le seul point à améliorer, c’est la galette. Prochainement je demanderai ma galette pas trop cuite! Haha. 

Pour tous vos anniversaires, vos évènements ou vos rendez-vous, je recommande la crêperie Mmmh! 

** Cette publication n’est pas sponsorisée, rien que de l’atalakou! 🙂

Bien à vous

Rose du Sahel

tu as ta propre personnalité

“Fati, tu as ta propre personnalité”. Ma maman me l’a dit alors que j’étais en sanglots devant elle. Je venais de me disputer pour une énième fois avec ma voisine. J’avais alors 13 ans. Ma relation avec ma voisine était assez compliquée. Étant adolescente, je n’avais pas assez confiance en moi-même. 

A l’école, il y avait moi, et il y avait les autres 

J’étais la fille sympa qui avait sa petite vie. Je vivais dans mon monde imaginaire de Mangas et de conte de fées. J’étais une intello, toujours en train d’écrire, ou en train de dessiner. Contrairement à moi, ma voisine était la fille la plus populaire du collège. Elle avait un groupe d’amies toutes aussi scintillantes les unes que les autres. Elles étaient des filles à qui tout semblait avoir réussi: Elles étaient plus jolies, plus dégagées, elles avaient plus de dragueurs (LOL), et elles s’en sortaient aussi dans les études. Je me comparais constamment à elles. J’avais toujours l’impression de ne pas être “assez”. Assez courageuse, assez intelligente, assez belle pour réussir. Ce conflit intérieur s’extériorisait très souvent quand je clashais avec avec ma voisine à la maison. On se disputait tout le temps, et je rentrais chez moi en pleurant. 

Fati, tu as ta propre personnalité

Ma mère me fit comprendre qu’il fallait que j’accepte d’être différente des autres. Je n’avais pas à ressembler à telle ou telle personne pour être respectée. Je devais respecter ma propre personne, avec mes qualités et mes défauts. C’était encore un concept très abstrait pour moi à l’époque, mais aujourd’hui, à la veille de mes 30 ans, cette leçon de vie ne peut s’avérer que plus véridique. 

Des échos de mon adolescence au travail

Souvenirs du Texas

Dans mon entreprise, je fais partie de l’équipe commerciale. Chaque commercial à ses techniques de vente, sa manière d’aborder, et même de réprimander le client. Je suis, selon les dires de mes collègues, “la plus douce” et ce n’est pas forcément un compliment. Dans le domaine industriel, et surtout dans le contexte Camerounais, on attend d’un commercial qu’il frappe du point sur la table, qu’il durcisse le ton, et qu’il réprimande sans pitié. 

Je ne suis pas de cet avis. Ayant vécu avec des Américains pendant longtemps, j’ai pris du plaisir à adopter leurs bonnes manières. Pour moi, servir un client, c’est tout d’abord, trouver une solution adaptée à son problème. Ensuite, c’est échanger avec lui dans le strict respect et la dignité qu’il mérite. “Bonjour, Merci, Au revoir”. Ce sont des mots qui se font rares dans le domaine du service client au Cameroun. La politesse est prise à la limite, comme de la faiblesse. 

Mes collègues m’ont souvent reprochée d’être “trop gentille”. C’est comme si l’on devait devenir un homo sapiens pour faire une bonne vente. C’est incroyable. Le plus drôle dans tout ça, c’est que la plupart des clients s’accommodent à cette dureté. Plus le commercial est dur et autoritaire, plus il inspire confiance. Plus il gronde et tire les oreilles au client, plus celui-ci obtempère. 

“Si on vous explique le Cameroun et vous dites que vous avez compris c’est qu’on ne vous a pas bien expliqué”

Adage Populaire

J’ai ma propre personnalité

S’il faut que je délaisse mes bonnes manières pour que je puisse prouver quelque chose aux autres, alors je me retrouve à la place où j’étais à l’âge de 13 ans. 

“J’aimerais tellement être comme les autres, faire comme les autres, et réussir comme les autres”. 

Mais non. 

Aujourd’hui, alhamdoulillah, je sais ce que je vaux. Je sais que je ne peux pas modifier ma façon d’être pour accommoder les autres. Plus je suis authentique, plus j’ai la force et la confiance en moi dont j’ai besoin pour avancer. J’essaie aujourd’hui, dans ma vie professionnelle, d’apporter une nouvelle façon de travailler et d’échanger les autres. Je veux montrer à mon entourage qu’il y a un meilleur moyen de faire les choses. On peut très bien se faire comprendre du client sans avoir à lui crier dessus. On peut très bien obtenir ce que l’on recherche sans avoir à sortir la machette et les crocs tout le temps. 

On attire qui on est

Au début, c’était difficile pour moi de me frayer un chemin, mais au fur et à mesure que je pratique l’art de la vente, je me rends compte que j’attire des clients qui ont des personnalités similaires à la mienne. J’attire des clients qui ont un esprit ouvert, un esprit de voyageur, et qui s’attendent justement à être traités avec dignité et respect. Ces clients, je les appelle “ la crème de la crème”. Les personnes qui apprécient un service cinq étoiles, et avec qui tout est clair en quelques échanges. Ca fait du bien d’être soi-même, et ce, dans tous les domaines de la vie. 

Merci maman pour ce précieux conseil. 

Je vous invite à appliquer ce conseil dans votre propre vie: Vous avez propre personnalité, et c’est à vous de valoriser qui vous êtes afin d’apporter un plus aux autres. 

Bien à vous

Rose du Sahel 

ma vie offline

Salaam à tous! Alors, en plus du blogging, j’ai ce qu’on appelle “une vraie vie”! LOL. Comme toute vie qui se respecte, celle-ci m’impose des responsabilités diverses. Pendant quelques temps, j’ai dû faire une pause pour pouvoir me concentrer sur mon boulot, mon bien-être, et ma relation avec Allah. 

Mon boulot

De profession, je suis une commerciale grand compte. J’aide les entreprises industrielles à trouver la meilleur packaging pour leur produit. Je travaille avec des boulangeries, des sociétés d’emballage d’eau en sachet, des producteurs de sucre, etc. Pendant un temps, j’ai voulu améliorer ma performance en tant que commerciale, et il m’a fallu me concentrer. Chaque semaine, je mettais sur pied des objectifs d’efforts à fournir pour devenir meilleure. Au début, c’était difficile, je l’avoue. La discipline est un art qui se cultive. Toutefois, une fois que j’ai commencé à m’imposer de la rigueur, j’ai commencé à voir des résultats plus positifs dans mon travail, alhamdoulillah.

En m’améliorant en tant que personne, j’ai aussi amélioré la qualité de mes relations au travail.

J’avais plus d’estime pour ma mission: trouver l’emballage parfait pour mon client, coûte que vaille. 

J’ai pu développer une relation de proximité avec mes clients, qui sentaient réellement un investissement de ma part dans leur projet

Ma relation avec mes coéquipiers est devenue plus profonde, parce que je suis devenue plus attentive à leurs besoins. 

J’ai appris à penser collectif, au lieu de ne penser qu’à mon nombril tout le temps (MDR)

J’ai aussi eu le privilège de commencer la newsletter de notre entreprise. Oh là là que du bonheur!

Célébration de notre certification ISO 9001 version 2015

Mon conseil

Si vous sentez un besoin de vous focaliser dans un aspect spécifique de votre vie en ce moment, faites-le. Même s’il est plus tentant d’être connecté sur les réseaux H24 et 7 jours sur 7, il est essentiel de vous déconnecter pour vous recentrer sur vos priorités. Vous en ressortirez ragaillardie et en harmonie avec la meilleure version de vous-mêmes. 

#TeamSelfie #hijabilife #lifecoach #lotsoflove #happyyyy #Douala

Mon bien-etre

J’ai revu ma partenaire et grande amie Fadi. Vous la connaissez sûrement car elle fait des merveilles sur la toile en tant que coach de vie. J’ai eu l’occasion de faire une séance de coaching “découverte” dans son cabinet situé en plein coeur d’Akwa: PROTEA. 

Etre coachée par son amie, c’est deux fois plus de rigolades et de bonnes résolutions! 

Coach Fadimatou Bakary en personne!

Elle dirige actuellement un club de lecture et m’a avoué qu’il n’était pas facile au début, de faire comprendre le concept aux autres. Ayant grandi la tête dans les livres, Fadi a eu la bonne idée de créer un groupe dans lequel elle motiverait d’autres femmes à cultiver le goût de la lecture. 

Le projet est à ce jour un succès, et elle aide de nombreuses femmes à développer le goût de la lecture transformative. Qu’Allah leur accorde le succès.

Mon conseil

Si vous êtes une femme hyperactive, il est essentiel de recharger vos batteries avec des femmes tout aussi talentueuses et bosseuses que vous. Vous vous arrivez non seulement à faire un “rattrapage” de tous les épisodes que chacune a manqué dans la vie de l’autre, mais vous pourrez également vous servir d’elles comme des repères. Ça fait du bien de savoir que mon amie progresse et que je progresse aussi. Même si nous marchons pas étroitement ensemble, c’est toujours agréable d’avoir quelqu’un dans notre environnement qui nous inspire à nous surpasser. 

J’ai coaché deux femmes formidables

J’ai été sollicitée par deux sœurs pour accompagner et faire un suivi sur leurs évolutions personnelles. Ce que j’ai tiré comme leçon la plus importante, c’est le fait qu’être coach, ne nous rend pas indemne des difficultés de la vie. Nous ne sommes pas des super humaines qui savent tout faire, ni des marchandes de rêves. 

Non, pour moi, être une coach, c’est d’abord rechercher à devenir une personne qu’Allah aime. 

” Les gens les plus aimés par Allah sont ceux qui sont les plus utiles aux autres”

Prophète Mouhammed (paix sur lui) rapporté par At Tabarani

J’aide mes sœurs en recherchant l’agrément d’Allah. A chaque session, et à travers chaque exercice, je partage non seulement des astuces pour leur permettre d’améliorer leur qualité de vie, mais je profite aussi pour en apprendre plus d’elles. 

En tant que coach, mon plus grand challenge, c’est la réussite de ma cliente. Ce qui m’importe le plus, c’est qu’elle puisse enfin s’ouvrir à de nouvelles opportunités, qu’elle développe un optimisme consistant, et surtout, une persévérance à atteindre ses objectifs, malgré les aléas de la vie. 

Eh oui. 

La vie offline a ses exigences, et elle nous rend humbles. Loin des regards sur Facebook ou Instagram, je me plais à enrichir ma vie privée d’expériences uniques. Je m’impose des défis colossaux pour garder la tête sur les épaules et ne pas oublier de rester moi-même. Je pense que c’est très important de maintenir un certain équilibre pour rester authentique. Ne vous privez surtout pas du silence. Prenez vos pauses. Faites un régime de réseaux sociaux lorsque vous en sentez le besoin. 

Portez-vous bien!

Rose Du Sahel

dress the way you want to be addressed

There was one thing I didn’t have to worry too much about when I lived in the US: My appearance. Seriously. When I was living in rural America, I got to notice something interesting: people did not seem to care too much about their appearance. People simply wore clothes that were comfortable to go to class, to go to work, and to go do shopping.

Me at NASA, 2013

I have met millionaires who dressed like everybody else in the streets. I have seen students going to class with their pajama pants on!! YES, their pajamas!!! LOL. I have seen people wear yoga pants as everyday pants, etc. It was a staggering contrast with the image we were fed of glamourous America on TV. Growing up, all I saw on TV shows was sweet 16, Lizzie Mc Guire and famous Hollywood stars. It seemed to me that wearing “chic” clothes was everyday business.

Either way, when I got to meet “real Americans”, I embraced the freedom of wearing casual clothes.

Tailgate at a football event at university

Coming back home

Back in Cameroon, I had to adapt to the norms and expectations of people. Here, people care about the way you dress, the way you speak, and the way you carry yourself in public. This happens especially in the business world. It is a habit we have inherited from the French culture: dress the way you want to be addressed.

Rocking my Dubai style at Onomo Hotel, Douala, 2020

I really struggled to find a clothing line that fit my personality. I first started wearing traditional North Cameroon clothes for a while, but I realized it made me feel older than I was LOL. Then, I tried western clothes, and it always seemed complicated to wear. Some dresses were not long enough for my liking, and I had to buy a cardigan to put it on top. Sigh.

Your clothing says a lot about who you are

In the US, people have transcended that state of mind, but in my lovely Cameroon, personal image is very important.

Here, the way we dress has a huge impact on the way we view ourselves and the way other people perceive us. When we choose to dress elegantly, people notice that and assume we are worthy of respect. When we neglect ourselves and dress casual all the time, people start thinking that we lack self-esteem and usually belittle us in the way they speak.

We sometimes think that appearance does not matter, but it actually speaks volumes about who we are and what we believe. Our outward state is a reflection of our inner state. When we are going through life as a clumsy, unprepared, and cowardly person, we tend to dress carelessly. When we reach a higher level of self-actualization, we tend to dress in a way that communicates it.

I came up with my own clothing line

I am a mosaic of cultures. Since I have adopted many parts of Western, African, Muslim and Asian culture, I thought I would just bring it all together in one clothing line that suited my lifestyle and personality. I met a seamstress who is not only talented, but also willing to work with me on the project. I call my clothing line “la Citadine”. In English, that means “the city girl”.

My clothing style reflects my identity: I love to live the city life, I lead a very active lifestyle, and I meet CEOs every day at work. My clothing has to respect my Islamic values, but also be flexible enough for me to move around easily, original enough to make me stand out from the crowd, and beautiful enough to make me feel powerful and feminine. My girl Yakin and I brainstorm occasionally on styles that I can adapt from Western, Arabian, and African fashion so I can express myself through the way I dress. Alhamdoulillah I hope God rewards me for it.

It works !

Ever since I found my own style, I no longer dress to become popular, or to become forcefully accepted by others. My style reflects ME. It is as simple as that. Nothing to add, nothing to remove. Once you are confident in your own clothes, you become the happiest person around. You stand your ground easily, and you ooze self-confidence.

A piece of advice for my Muslim sisters

When we wear hijab, we tend to neglect our appearance completely and shun everything that makes us feel feminine. Allah swt is beautiful and loves beauty. Therefore, find a way to express your beautiful self through modest clothing. Don’t wear outfits that make you look old, careless, and repulsive. Find clothing that is noble, elegant, chic and most importantly, speaks volumes about who you are in terms of style.

P.S: Sisters, wear clothes that are so well designed that you can pray with them everywhere. You won’t need to bring a large khimar everywhere you go. Just dress appropriately and you will be fine.

Sincerely,

Rose Du Sahel

ayez le habibi que vous méritez

Assalamou alaikoum les filles ! Vous êtes-vous déjà demandées si votre « sheikh charmant » existe ? Si oui, alors vous n’êtes pas la seule. Nous sommes nombreuses à se demander si les qualités qu’on recherche chez un homme existent uniquement dans notre imagination (LOL). A coup sûr, il n’y a pas d’homme parfait. Toutefois, je vous propose une petite check list pour vous assurer que votre fiancé ou prétendant est celui qu’il vous faut comme mari.

1- Il aime Allah et son messager :

Mes sœurs, cet élément est si crucial qu’il ne doit pas être balayé du revers de la main. Votre mari sera votre imam, celui qui vous guidera vers la satisfaction de votre Seigneur. Il devra donc être capable de faire ses 5 prières par jour, gagner de l’argent honnête, en connaître plus sur la religion que vous afin d’être votre guide spirituel et leader.

Un mari qui aime Allah et son messager sera fière de vos accomplissements dans la religion et vous assistera du mieux qu’il pourra. Il vous mettra toujours au défi de vous améliorer en tant que Musulmane et sera votre château fort contre toute mauvaise langue.

A éviter : Un homme qui prie peu ou ne prie pas du tout, qui parle de Dieu sans avoir connaissance de ce qu’il dit, et quelqu’un qui se moque des personnes pieuses. Cette personne rendra votre vie de couple infernale si vous tenez à bien pratiquer votre religion.

2- Il a confiance en lui

Il n’y a rien de plus charmant qu’un homme qui a confiance en lui. Il n’est ni imbu de sa propre personne, ni timide devant les autres. Il se tient sur le juste milieu. Un homme qui a confiance en lui connaît ses forces et ses faiblesses. Il n’a pas honte de faire des erreurs et de les reconnaître. Il ne se laisse pas abattre par l’échec en se repliant sur lui-même. Il persévère. Cet homme se fait facilement remarquer par sa présence positive parmi les gens. Il est celui qui valorise les autres, qui est à leur écoute et à leur service. Un homme qui a confiance en lui n’a pas peur de se mettre avec une femme accomplie. Il ne craint pas le succès de son épouse. Au contraire, il y contribue. Il aime le fait que sa femme révèle le meilleur qu’il y a en elle et la met au défi de toujours élever son niveau.

A éviter : Il faut éviter un homme qui n’aime pas le dialogue. Un homme qui prend ses décisions tout seul, qui impose sa manière de voir les choses, et un homme qui vous rabaisse sans cesse par ses mots et par ses actes. Il y en a parmi les hommes qui sont des pervers narcissiques, qui aiment faire souffrir ceux qui les aime et s’enorgueillissent de l’affection qu’on leur porte.

A l’opposé, il y a l’homme qui est hyper timide, qui veut à tout prix s’effacer du regard des autres. C’est un homme qui se dévalorise sans cesse, qui est partisan du moindre effort et qui veut que la femme fasse tout pour lui : payer les factures, cuisiner, éduquer les enfants, obéir, sans qu’il ne fasse rien en retour. Fuyez mes sœurs ! Fuyez pendant qu’il est encore temps! ^^

3. Il est responsable

Photo: Daily times ng

Dans la sourate 4 du Coran, Allah swt a déclaré que les hommes sont « qawammoun » sur les femmes. En d’autres termes, les hommes sont responsables des femmes. Allah swt a donné plus d’autorité à l’homme qu’à la femme dans le foyer parce que l’homme a pour obligation de pourvoir pour sa famille en Islam. Votre chéri est donc tenu de vous donner un logement décent, de payer les factures, de rationner, de vous habiller, de payer la scolarité des enfants, et de se charger de toutes les autres responsabilités qu’un chef de famille doit remplir.

Au vu de toutes ces cases qu’il doit cocher, les filles, ne vous pressez pas de vous marier au premier venu juste parce que son apparence physique vous plaît. Soyez sages et observez-le quelques temps. Comment se comporte-t-il dans sa vie active ? Est-il respecté et reconnu au travail ? A-t-il un poste de responsable ?

Dans sa famille, s’occupe-t-il déjà de ses parents et de ses petits frères ? Est-il responsable dans la gestion de son argent, ou alors est-il un gaspilleur ?

A éviter : Le type d’homme qui aime beaucoup frimer sur les réseaux sociaux. En réalité, il est fort probable qu’il vive au-dessus de ses moyens. C’est un homme qui gère tellement mal son argent qu’il est tout le temps foiré. Il faut éviter d’épouser ce type d’homme parce qu’il a tendance à privilégier les dépenses « du dehors » que celles sur sa famille.

4. Il est gentil

Personne ne veut d’un mari grognon qui passe son temps à bouder le monde et à gronder. Le prophète sws était doux de nature. Il savait être ferme quand il le fallait, mais il savait aussi rigoler avec son épouse Aisha (qu’Allah soit satisfait d’elle). Il était au service de sa famille à la maison, et lorsqu’ils mangeaient ensemble, il buvait dans le même gobelet qu’elle.

Pour Mouhammad (paix sur lui), la vie de couple était simple et il ne se prenait pas la tête. Il aimait faire rire son épouse et savait comment lui faire un reproche de manière respectueuse. Il n’a jamais levé la main sur une femme, ni un enfant, ni un serviteur à la maison.

A éviter : Mes sœurs, ne vous jetez pas dans la gueule du loup. Evitez les hommes qui sont colériques. Evitez le mec qui, lorsqu’il se fâche, fait trembler les murs et les plafonds. Un homme qui ne sait pas maîtriser sa colère, qui s’enflamme vite, est capable de lever la main sur vous. Prudence.

5. Il est optimiste

Le habibi que vous méritez est un habibi optimiste. Si vous êtes une femme de grande vision, il vous épousera et épousera aussi votre vision. Avoir un époux optimiste est une bouffée d’oxygène parce que le mariage n’est pas un parterre de roses. La vie de couple viendra avec ses hauts et ses bas. Votre propre vie vous imposera des obstacles. Vous aurez besoin d’un leader pour qui tout est encore possible.

Vous avez besoin d’un monsieur qui sait relativiser et qui voit plus de solutions que de problèmes. C’est ainsi que vous construirez le futur de vos rêves in shaa Allah.

6. Il est chaste

J’ai parlé de long en large de la chasteté avant le mariage sur un autre blog post, et je vous invite à le lire. Je reviens sur ce point parce qu’il est tout aussi crucial que le premier. Pour construire une famille avec des valeurs saines, il faut poser des bases saines mes sœurs. On ne peut pas seulement attendre d’une femme qu’elle soit chaste et d’un homme qu’il fasse ce qu’il veut avant le mariage. Vous devez tous les deux vous abstenir et choisir la chasteté comme un combat que vous menez à deux.

En vous encourageant mutuellement à respecter les limites imposées par Allah avant le mariage, vous vous entraînez à devenir encore plus forts après le mariage car les tentations seront toujours présentes. Ceci vous permettra aussi de devenir des exemples pour vos enfants qui n’auront aucune excuse de ne pas s’abstenir avant le mariage.

A éviter : Ne cédez pas aux caprices d’un fiancé qui insiste pour vous voir dévêtue, même si c’est « uniquement » sur des photos. Ne vous isolez pas avec lui, et évitez tout ce qui mène au rapport sexuel.

7. Il vous plaît

Wedding pic: Ahmed Indimi and Zahra Buhari

L’attirance physique ne doit pas être négligée dans une relation de couple. Arrêtez-nous ce vieux cliché « ce qui compte, c’est la beauté intérieure ». Bah écoutez s’il est pieux et en plus il est beau c’est merveilleux ! LOL. Certains mariages arrangés ne fonctionnent pas, justement parce qu’il n’y a pas d’attirance entre l’homme et la femme.

Ma sœur, choisis celui qui, en plus de plaire à ton cœur, plaît aussi à tes yeux. Il sera quand même ton partenaire romantique, ton chevalier, le père de tes enfants. Il faudrait que tu aimes le regarder autant qu’il aime te regarder aussi.  

A éviter : Mes sœurs, ne vous précipitez pas dans une relation avec un homme simplement pour son argent. Prenez le temps de voir si vous êtes compatibles physiquement aussi. Pour info, ma sœur, aucun homme n’a le droit de t’imposer d’enlever ton voile pour t’épouser. S’il t’aime vraiment, il sera attiré par toi, même si tu te couvres de la tête aux pieds. Ce n’est que lorsque tu es son épouse qu’il te verra sans ton voile. In shaa Allah

Qu’Allah swt nous accorde des maris pieux, de bon comportement, qui nous conduirons au paradis ! amine

Rose Du Sahel

A lire aussi: La chasteté est un combat: https://rosedusahel.com/2020/06/27/la-chastete-est-un-combat-partie-2/

what did you do about it?

What if we started conversations from a place of responsibility? One of the qualities I have adopted from Americans is the ability to see a problem as an opportunity to change things.

Standing with Albert Witliff, guest speaker in our personal selling class. 2013

When someone complains, someone else tells them: “what did you do about it”? I think this is the missing piece in many conversations in Cameroon nowadays. We delight ourselves in complaining about people, about politics, about others… and ignore the fact that we are also responsible for changing things at our own level.

Being a victim feeds our ego. We want to vent. We want to feel understood without being judged, and we want popular approval. Put simply, we like to complain because it takes little effort and makes us feel good. LOL

People who love to complain

I sometimes encounter people who love to complain from the time we say hello to each other, until we part. “Oh the government is not doing its job well”. “Oh my gosh look at the way she/he drives. It’s awful.” “You guys never do things ahead of time, why don’t you let me know before hand?”. The problem with being a person who loves to complain is, people will no longer know when you need help. If you are always complaining, you also come across as needy, and energy depleting instead of a constructive person people can talk with.

How I feel when I am around people who love complaining. LOL

Most people will avoid you or judge you because you don’t seem to want solutions. Since complaining brings you that much gratification, you will not attract problem solvers, but people who also love whining and complaining.

Negativity = No progress

In an environment filled with negativity, you CANNOT build your dreams. Your mindset cannot expand beyond your current circumstances and you will always feel like you have to shrink so other people don’t feel bad about themselves.

what if we only allowed ourselves to complain about the things we are changing?

I only criticize the mindset of Cameroonians when I know I am responsible to change it at my own level. That’s partially why I coach. If I find a problem, I must solve it. The more we focus on a problem, the more it grows. The more we focus on solutions, the more solutions are available to us. When we develop a “no excuse” mentality, we become leaders and stand out from the crowd.

A positive mind attracts more positivity

I was telling my uncle about my day at work and how it went. I was smiling and laughing so much that he thought I had signed a big contract with a new client. That was actually not the case. I still was struggling with my normal day to day challenges. The one thing I changed was my mindset. Instead of focusing on the things I couldn’t control, on the things I didn’t like, and the things that went wrong, I chose to be happy for the things I did do well.

We then started talking about ways to improve the way business is done in Cameroon and all that great stuff. LOL

Next time you want to complain about something, ask yourself what you’re doing about it. You will become “solution focused” instead of “problem focused”. You will face greater challenges in the short run, but you will become a much grateful and happier person.

Sincerely,

Rose Du Sahel

Excuse me, where did you buy your hair?

A naturalista shared her story on YouTube. After years of growing her hair curly, long and healthy, many people have asked her about her hair. One day she walked into a beauty store to buy jewelry, and the vendor asked her a question. I want you to picture the scene. It is pretty funny!

Vendor: “Ma’am, excuse-me, where did you buy your hair?”

The girl: “It’s my hair”

Vendor: “Yes, I know this is ‘your hair’, but did you buy it from [our store] or did you buy it from our competitors?”

The vendor thought that she was wearing hair extensions.

The girl: “No, you don’t understand. This is MY hair.”

Vendor: (in denial): this is NOT your hair

The girl: This IS my hair

Vendor: This IS NOT your hair

The girl: This. IS. MY. HAIR.

People at the store were looking at them like they were crazy!

Vendor: (finally realizes that the girl is not wearing a weave or wig): OHH!! This is YOUR hair? ALL OF IT?

The girl: Yes.

LOL.

This conversation might sound a bit strange to people who are unfamiliar with artificial hair, but my afro sisters know what I’m talking about 😉. Artificial hair has become so common that it has stolen the glory of our own hair. It is just convenient to slap it on top of our heads. Hide it and leave it. Braid it and leave it for months. Sow it and leave it, and for my hijabi sisters, cover it and forget about it.

I understand

Okay, I get it. Taking care of our own hair is a daunting task, especially if our hair is kinky, and especially since natural hair care in America is expensive (it’s expensive in Cameroon too by the way!).

In the West, being natural is a sport. We have to ask our African friends or to do our hair, or turn into Do-It-Yourself-ers. In addition, our lives are fast paced, and we don’t really have the time to “finger detangle” and apply a “silk press” on it. No matter how many valid excuses we have, I can’t help but wonder: “why?”

Why, ladies, have we become so focused on convenience that we have neglected this beautiful gift from God? Nothing good comes easy, we know that. If we want to lose weight and live a healthier life, we put effort into it. We stop eating greasy foods, we drink more water, eat more vegetables and exercise. We enroll into gym memberships, hire personal trainers, and do our own research on new trends and personal health.

The same goes for our skin. We want the best products to exfoliate it, make it glow, and hide all those dark circles under our eyes.

But what about our hair?

“Hide it and forget it?” Really?

Our hair is a blessing and a responsibility

It grows out of our scalp and complements a beautiful body. With every coil and curl, our afro hair crowns our head and declares the perfection and the glory of its Creator. Yes, it requires a lot more work than straight hair.

Yes, it has a category of its own, and takes a lot more time to take care of. I have another question for you though: don’t you invest time into the things that you care about? The things you love? Why don’t you do the same with your hair?

hair care is self-care

For me to feel successful as a woman, I need to take care of my mind, but also take care of my hair. This is a special part of our identity as women and it is crucial to give it due respect. Neglecting our hair is actually a reflection of our internal state.

I find that when I am in a stressful period of my life, hair care is the last thing on my mind. Many of us do this, but we need to catch ourselves when we realize we are neglecting ourselves.

This isn’t about looking good in front of other people. Taking care of your body, of your hair, of your self, is a gift to your future self. By honoring that, you generate positive feminine energy, and you can give more love, more attention, and more validation to others. You no longer enslave yourself to other people’s validation, because you have your own.

Start your hair journey

Whether your hair is in its afro state or is straight, invest in taking care of it. Like any beautiful thing, your hair has great potential, and with a lot of love and attentiveness, your hair can grow to impressive lengths. You just need to commit to that relationship. First, apologize to your hair for being negligent. Yes. Apologize. LOL.

Start afresh and vow to make more EFFORTS to nurture it. Do your research on Youtube. Build a weekly hair care routine. Prioritize products that are plant-based and avoid petroleum and other harmful chemicals.

Plan something for your hair every week! It can be a hair mask or just daily hydration. It can be something as simple as putting cream on your ends.

That little touch grows over time and increases self-esteem. It sends positive feedback to your subconscious mind: “hi beautiful, you are important, and that is why I take care of you”. Who wouldn’t want to feel more love every day? ;😊

Let your new love story begin…

Rose Du Sahel

*A Naturalista is a Natural Hair opinion leader.

le MÉTIER de grande SŒUR

Je suis l’ainée d’une famille de 4 enfants. Depuis la tendre enfance, mes petits frères m’ont donné le plus beau sobriquet que je puisse porter : « Adda ». En langue peule, « Adda » veut dire grande sœur. C’est une marque de respect, mais aussi d’affection. C’est l’une des responsabilités que je prends à cœur, un rôle qui me permet aujourd’hui de soutenir des dizaines et des dizaines de femmes.

Etre grande sœur, c’est être leader

Le droit d’ainesse nous confère de facto une responsabilité de leader. A partir du moment où nous sommes la première, nous devenons des exemples à suivre et devons, au fil du temps, suppléer nos parents dans la prise de décisions dans la famille. Dans les familles où la grande sœur a des standards personnels élevés, les petits frères suivent et se sentent plus libres de s’affirmer.

A mi-chemin entre une maman et une amie

La grande sœur joue le rôle de conseillère, et de bonne amie quand il le faut. Elle est l’intermédiaire parfaite entre une maman et sa fille adolescente, car la grande sœur est mature et comprend les 2 mondes. Lorsque maman n’est pas là, c’est Adda qui se préoccupe de ses petits frères, en se rassurant s’ils ont mangé, ou s’ils ont besoin de quelque chose. C’est aussi Adda qui écoute, qui n’a pas honte de parler des sujets tabous, et qui est est toujours là comme garde-fou en cas de dérapage.

Une coach de vie

J’ai eu plusieurs grandes sœurs « adoptives » dans ma vie. Parmi elles, la généreuse Rachida Saîd. qui m’a appris à pédaler le vélo sans les 2 petites roues. Parmi elles, il y a Josianne Lonla. qui répondait à toutes mes questions d’adolescente, Nadine et Alvine Sangang. qui m’ont guidée vers mes premiers pas d’étudiante aux USA, Aminatou Saher qui m’a épaulée dans les moments difficiles, Maryam Lamère. et Habiba Noura. qui m’encouragent comme mes supportrices numéro 1. Ces femmes fortes ont chacune, à leur façon, apporté leur pierre à l’édifice que je construis aujourd’hui.

Depuis que je coach, je trouve un plaisir particulier à épauler mes cadettes. J’ai comme l’impression de remonter le temps, et de parler à une version plus jeune de moi-même. Je m’émerveille de voir ma petite sœur suivre mes conseils et se métamorphoser en une majestueuse version d’elle-même. Ça n’a pas de prix.

Petite anecdote

Ce matin même, à 6H36, une de mes clientes (petite sœur adoptive) m’a appelée pour me poser une question en sciences naturelles. Elle présente son BEPC blanc en ce moment et elle avait besoin d’aide sur la formation du calcaire. J’étais amusée et un peu confuse, mais je lui ai donné des indications pour trouver la réponse qu’elle cherchait. C’est fou comme une grande sœur peut être utile au moment où on a vraiment besoin d’elle. (hehehe)

Quand une petite sœur vous dit merci

Connaître l’impact que vous avez eu dans la vie d’une personne est un bonheur incommensurable. J’ai lu avec joie le merci d’une petite sœur ce matin :

” Chacun de nous aime bien rester dans son confort, ne pas être secoué ou perturbé par des imprévus, oser découvrir de nouveaux horizons ou faire de nouveaux essais. Je faisais partie de ceux-là, je préférais rester dans le monde de l’entrepreunarait. Mais, alhamdoulillah quand on est entourée de bonnes personnes, celles-ci nous aident à nous améliorer et à donner le meilleur de nous-mêmes. Fatimé Asta fait partie de ces belles personnes qu’Allah a mis sur mon chemin. Pendant l’un de ses ateliers avec Fadimatou, elle a eu un échange téléphonique avec moi. Un échange qui s’est transformé en séance de coaching gratuit. Cet échange a été un déclic pour moi. Cela m’a permis de réaliser beaucoup de manquemnts que je refusais d’admettre et d’oser enfin sortir de mon cocon.

C’est vrai que ce n’est pas encore parfait, mais alhamdoulillah cela m’a permis d’avoir des ouvertures que je n’imaginais pas avoir notamment en termes d’emploi. Je voudrais pas être longue mais je vais terminer en te remerciant sincèrement de me considérer comme ta petite sœur et de m’épauler et m’encourager à chaque fois. Je prie le Très Haut de te couvrir de Ses meilleurs bienfaits et de t’élever parmi les croyantes. Because your deserve it. XOXO

Hapssatou”

 « Ô famille de David, œuvrez par gratitude » (sourate Saba Ayah 13)

Alhamdouillah pour le métier de grande soeur!

Rose Du Sahel

soukaina, ceo de kaydo

Salaam à tous! Aujourd’hui, nous allons à la rencontre d’une dame exceptionnelle. Soukaina Hadidjatou est une amie de longue date, et ce fut un plaisir de l’aider à révéler tout son potentiel lors de l’atelier confiance en soi. Elle nous parle de son expérience et de ses réalisations:

ce que j’ai appris

Alors avant de faire l’atelier confiance en soi, je n’étais pas concentrée sur mes objectifs. On va dire que j’étais très désorganisée (LOL). J’avais la tête pleine de rêves, d’objectifs et tellement de choses à changer que je pensais pouvoir tout faire d’un coup. J’ai du comprendre beaucoup de choses, à savoir:

❇️ Le changement est progressif ! On commence par de petits changements, et les petites habitudes

❇️ Le mindset est très important car il nous définit. On attire ce à quoi l’on pense, alors il faut penser positif.

❇️ L’invocation est l’essence de l’adoration. Plus on a confiance en Allah, plus on dépend de lui pour construire une vie meilleure.

❇️ Je devrais être consciente des efforts que je dois fournir. Après tout, même le prophète Muhammad (paix sur lui) avait mis en garde contre la paresse.

❇️ Agir avec courage tous les jours.

❇️ Faire la revue de ma journée: Les objectifs atteints, les obstacles., prendre du recul et me demander ce que je veux vraiment. 😊 Ça m’avait manqué d’être là pour moi même *

✅Valoriser mes connaissances comme l’a fait le prophète Youssouf (paix sur lui)  et avoir foi que mes invocations seront exaucées comme celles de Zachariah (paix sur lui), l’oncle de Maryam (qu’Allah soit satisfait d’elle). Joseph le père de Maryam  🤲🏾♥️

Mes activités

kaydo

Alors après l’atelier, je me suis d’avantage investie sur Kaydo. J’ai créé le concept, *Kaydo* par amour du pagne 😍. Je veux le promouvoir et encourager nos jeunes soeurs à le porter fièrement. Peu importe le pays où on se trouve, on devrait garder notre culture et être fières de ses couleurs. Nous avons commencé par le pagne mais au fil du temps, nous avons voulu nous rapprocher de notre clientèle en proposant des accessoires: sacs à main, bijoux, etc.

CREATIVE CV

Après l’atelier, CREATIVE CV est né.

Nous personnalisons vos CV selon votre domaine afin d’attirer de potentiels employeurs.

Un nouveau départ

Aujourd’hui, je prends moins à cœur les dires des gens ( c’est un travail mais on y arrive). J’ai internalisé le fait que les épreuves font partie de la vie. Les plus éprouvés étaient les prophètes et Allah récompense les éprouvés ici-bas et dans l’au-delà. Je prends donc chaque difficulté avec un sourire en disant ‘Alhamdulilah ‘ Allah has wished for this. Il me guidera a travers de cela. Bon j’avoue que la  paresse reste l’ennemi numéro un mais on y travaille. (LOL)

mon conseil

Beaucoup de gens voient le coaching comme *les choses de blancs*, et vont jusqu’à décourager des personnes qui ont vraiment besoin de se faire suivre ou aider. Sachez que les personnes dépressives existent, et qu’elles sont plus proches qu’on ne le croit. Ce sont des personnes qui cachent leur tristesse avec un sourire, tandis qu’elles meurent intérieurement à petit feu.

C’est un problème réel qui existe dans notre société et on doit en parler plus souvent. Si vous, ou une personne que vous connaissez, traversez une période sombre de votre vie, demandez de l’aide aux bonnes personnes. N’ayez pas peur. C’est votre vie, pas celle des autres. Vous devez ouvrir cette porte qui se tient à demi-ouverte devant vous. Franchissez-là avec courage pour devenir la version de vous-mêmes qui vous satisfait le plus .

À la fin je répéterais ce que ma soeur Fatimé a dit * cultive l’amour pour toi même d’abord.* J’encourage mes autres soeurs à participer aux prochains ateliers. Ce fut intéressant et un très bon moment de partage.

Merci pour ton témoignage Soukaina!

A très bientôt in shaa Allah 🙂

Fatimé Asta

Tranformational Coach

aminatou, une etudiante aux multiples talents

Le 13 Juin dernier, j’ai réouvert les portes de l’atelier confiance en soi. Après le succès fulgurant de la première vague, j’ai pensé que plusieurs soeurs Musulmanes bénéficieraient d’un petit boost de confiance en elles. Alhamdoulillah, c’était une bonne décision.

J’ai fait la rencontre d’Aminatou Ahmadou, étudiante en ingénierie de bâtiment. Aminatou traversait une étape assez difficile de la vie, et avait besoin de reconnecter avec la meilleure version d’elle-même. Nous avons revisité les causes de ses peurs et limitations personnelles. Nous avons, ensuite, créé une nouvelle réalité dans laquelle elle pourrait se projeter tout en ayant confiance en elle-même, et en ayant confiance en Allah.

“Aujourd’hui ça fait 10 jours que cette formation dure mais moi particulièrement j’ai vu des changements positifs dans ma vie.

Je me suis relevée de mon échec

Je me rappelle la veille du début de cette formation, j’ai causé avec notre coach Fatimé Asta. Elle me demandait comment j’allais et tout. Je lui ai dit que ça n’allait pas. Et effectivement ça n’allait pas. 3 jours avant, j’ai déprimé et vous savez pourquoi? Juste parce que ce jour je suis allée à l’école et j’ai vu mes camarades de classe dans une classe supérieure à la mienne. Cette nuit j’ai pleuré.

Vous savez ce qu’elle m’a dit? Elle m’a dit: Ne retiens pas tes larmes. Puis, elle a ajouté, analyse la situation et enfin, relève-toi de cet échec.

Ces 3 phrases m’ont tellement fait réfléchir. Quand j’entends son histoire, je me dis bah Amina toi t’as pas de problème. Si mes camarades sont dans une classe supérieure, baa c’est bien pour eux, sûrement Allah me réserve quelque chose.

Le prophète sws a dit: “Veille à ce qui t’est utile, tout en comptant sur l’aide du Seigneur, mais sans baisser les bras. S’il t’arrive quoi que ce soit, ne dis pas: “J’aurais dû faire telle et telle chose.” mais dis: c’est le destin qu’Allah m’a écrit. Car, avec des “si”, on ouvre la porte à satan” [muslim]

Voilà un hadith qui m’a beaucoup aidée, ne vous posez pas la question de savoir “si j’avais fait si, j’allais faire ça.” Mettez tout entre les mains d’Allah, peut-être que je n’étais pas juste prête.

MES PROJETS

J’avais des projets avant cette formation, une marque de vêtements et la création d’un cabinet en coaching scolaire.

Depuis le début de cette année, je perdais le temps (la procrastination). Je trouvais toujours des excuses mais actuellement on a déjà 8 robes à commercialiser d’ici la semaine prochaine et on a pu confectionner des voiles, hijabs et abaya.

Pour le cabinet, j’ai déjà passé commande des meubles pour aménager le bâtiment. Tout ça, je pouvais le faire depuis, mais la paresse et le manque de confiance en moi m’empêchait d’avancer.

MA RELATION AVEC ALLAH

J’ai repris la mémorisation du coran, les révisions. Pour la confiance en moi, c’est à mon coach de me dire (LOL). Alhamdoulillah ça a évolué, je peux marcher la tête haute et dire que je suis une jeune femme qui sait ce qu’elle veut. Ces deux projets je les suis à la lettre, je maximise. J’ai encore 6 mois cette année pour faire de ça un succès, je vais y arriver in shaa Allah.

On ne peut te souhaiter que plus de succès ma soeur! Qu’Allah facilite et bon vent 🙂

Fatimé Asta

Coach de Transformation personnelle